Café Oc Omenatge a Luceta

Mardi* 21 Mars 2017 le printemps fleuri à la calandreta de Gignac /  19h00

VO / « Un còp èra un flume grand tan larg que l’imatge dau cèl s’i perdiá dins lo cèl. Veniá de luònh. Cent países i vojavan son aiga… »
 Avètz saique reconogut Max Roqueta e son Flume grand qu’asaiga lo Verd Paradís 1.
 
Cent paises que se dison Ginhac o Bessan, Sant Guilhem o Sant Joan de Fòs, Ceban e Puòg Abon, Niana, Borronhan…  Cent países que se recampan un còp de mai a Carabòta Còr d’Erau a l’entorn de Luceta e de Luseta, (personatge mitic de Danièl e animal totemic, mascòta, dau Joan-Marc aquel pòrta-lum de nòstre pòble. Se l’un fa lum quand l’amor li ven, l’autre lo daissa passar lo lum e los dos fan lo parelh!)
 
M’avètz plan comprés,
recebrem los Vilanòvas Brothers, per un omenatge, òc-ben un omenatge!
Aquí fau una parentèsi. ( Ausisse ja d’unas lengas de pelhas s’espofinar e desparlar: « Tè, los de l’IEO l’an virada sa canturla, an perdut l’oremus que començan de repapiar coma lo Felibritge. Ve, ara per ara, fan d’omenatges aqueles ensucats… – Saique òi, mas quin omenatge! Una figura, una fortuna, una egeria, una musa, una femna fenestrièira, una femna de plaça qu’avèm totes un jorn o l’autre crosada, la LUCETA. E ne sabe, de coquinasses, que l’an tirada la ficèla e que poiram testimoniar perqué son venguts puòi egiptològs.)
 
 
 
VF/ « Il y’avait autrefois un grand fleuve tellement large que le reflet du ciel s’y perdait dans le ciel. Il venait de loin. Cent pays y versaient leur eau… »
 Max Roqueta, Verd Paradís1, lo flume grand, CRDP MTP, 1993.
 
Cent pays répondant aux noms de Gignac ou Bessan, Saint-Guilhem ou Saint Jean de Fos, Ceban et Puéchabon, Aniane ou Bourougnan… Cent pays qui se rassemblent une nouvelle fois à Carabotte Coeur d’Hérault autour de Lucette (personnage mythique de Daniel) et de Luseta (= le ver luisant, animal totémique, mascotte, de Jean Marc. Si l’un fait sa propre lumière quand l’amour le prend, l’autre la laisse passer la lumière et les deux font la paire!)
Vous avez bien lu, nous recevrons les Villanovas Brothers pour un hommage, oui un hommage!
Ici je fais une parenthèse. ( J’entends déjà les langues de peilles s’escacalasser et déparler: « Tè y a ceux de l’IEO qui sont devenus fadats et qui commencent de repapier comme le Félibrige. Ils font des hommages, maintenant, ces ensuqués… – Peut-être, mais quel hommage! Une figure, une fortune, une égérie, une muse, une femme de place que nous avons tous, un jour ou l’autre, croisée: LUCETTE.)
 
Per copar cort:

Omenatge descabestrat a Luceta!!!
en Occitan, en Francitan, en çò que vos canta,
amb Danièl e Joan-Marc Vilanòva 
en preséncia de son editor.
 
Dimars* 21 de Març, la prima florís
 a la calandreta de Ginhac /  19h00
 
 
*Es pas una error, mas per un còp, qu’un còp fa pas puta aquò se sap, lo cafè òc se tendrà un dimars.
 
Hommage à Lucette / Omenatge a Luceta de Daniel Villanova. Bilingue. Traduction occitane de Jean-Marc Villanova. Ed. Un jour, une nuit. 2016
 
Hommage à Lucette!!!
en Occitan, en Francitan, en ce que vous voudrez,
avec Danièl e Joan-Marc Vilanòva 
en presence de leur éditeur.
 
Mardi* 21 Mars le printemps fleuri 
à la calandreta de Gignac /  19h00
*Ce n’est pas une erreur mais pour une fois le café òc aura lieu un mardi.
 
La Lucette dau Danièl
« Hé ! Qu’est-ce que vous voulez, j’ai pas fait des grandes études moi ; je viens pas du
grand monde ! Je suis pas née dorée sur tranche ! Papa était ouvrier agricole et
maman travaillait dans une usine de sardines ; alors vous pensez bien que des
hommages, ils en ont pas reçus beaucoup, dans leurs vies ! Au contraire… au
contraire, qu’il leur a fallu tirer le diable par les cornes, pour nous faire venir, mes
frères et moi. Hé, comme tous les gens pauvres, ils sont partis de rien, et quand ils
sont arrivés, il leur restait plus grand-chose… »
 
 
La Luceta dau Joan Marc
« E ! De qué volètz, d’estudis, ne faguèri pas gaire, ieu ; veni pas de la 
«Nauta », coma se ditz. Siái pas nascuda amb la crespina ! Papà èra vinhairon e
mamà trabalhava dins una fabrica de sardas ; alara, pensatz ben que
d’omenatges, ne recebèron pas gaire, dins sa vida ! Al contrari, al bèl contrari,
que lor calguèt tirar lo diable per las banas per nos faire venir, los fraires e ieu.
È, de qué volètz, coma totes los paures, partiguèron de res, e quand arribèron,
lor demorava pas grand causa… »
 
 
Voici le Marcel dau Danièl
Alors, on descend du car, tout un groupe, Marcel en tête; on rentre dans la
charcuterie et Marcel il dit à la charcutière :
– Bonjour, Madame ! Je voudrais de ce jambon, là…
Alors, cette femme elle prend le jambon, elle le pose sur la machine et elle lui
demande: « – Combien de tranches, Monsieur ? »
– Oh, allez-y, allez-y, je vous dirai…
Alors cette femme, elle enclenche la machine, et allez… rrr… rrr… rrr… rrr… dix
tranches… vingt tranches… trente tranches… quarante tranches…
Et tout d’un coup Marcel il fait : « – Celle-là!… »
Hou ! Cette femme, elle est restée couille!… J’ai vu le moment qu’elle se tranchait les
doigts! Elle est devenue blême! Blême!… Et pourtant, une charcutière aveyronnaise
blême, c’est rare!… Mais là, je crois que tout son sang lui était tombé aux chevilles!…
 
E vaquí lo, lo Marcelon dau Joan-Marc:
Alara davalam de l’autobus, una tropelada, lo Marcelon bèl primièr ; dintram
dins la carnsaladariá e Marcelon li ditz, a la carnsaladièra:
– Plan lo bonjorn, Dòna ! Aimariái d’aquel cambajon, d’aquí…
Vaquí aquela femna que te prend lo cambajon, lo te pausa sus lo copalard e li
demanda, al Marcelon : « – E quant de lescas, sénher ? »
– Ò, copatz, copatz, o vos dirai…
Alara, aquela femna t’encranca la maquina, e zo… rrr… rrr… rrr… rrr… dètz lescas…
vint lescas… trenta lescas… quaranta lescas…
E d’un còp, lo Marcelon que li fa : « – Aquela ! »
Oi ! Aquela femna, qu’es demorada colha !… Vegèri lo moment que se trencava los
dets ! Venguèt palla ! Pallinassa !… E pasmens, una carnsaladièira d’Avairon
pallinassa, es rar !… Mas aquí, cresi que la sang tota li èra tombada per las cavilhas !..
 
 

[… La langue d’oc affleure avec des mots et des expressions que chacun reconnaît par ses rires comme des marqueurs identitaires. Jean-Marc Villanova, frère aîné de l’acteur, lui-même acteur (il a ainsi monté et joué une centaine de fois en solo L’autbòi de nèu de Max Rouquette), a entrepris de traduire en occitan un des spectacles de Daniel : Luceta, premier personnage emblématique de la saga villanovienne, celui d’une commère qui, avec le temps, se fait porteuse de critique sociale. Ce n’était pas évident. Le rire chez Daniel tient beaucoup à cet affleurement d’une langue à travers une autre, et d’une connivence avec le langage quotidien des gens. La mise en occitan doit fonder le rire sur autre chose : la vigueur populaire traditionnelle de la langue d’oc. Jean-Marc s’en tire bien, en faisant un texte nécessairement un peu différent. Alors ce qui était affleurement fai flòri, fait ressortir ce sens de la formule qui fait mouche, ces pointes acérées et bien envoyées, tout ce qui, dans le rire de Daniel, traverse les frontières des langues et parle à tout le monde quelle que soit son origine, en même temps qu’il l’inscrit dans sa profondeur originelle, celui de la langue occitane souterraine et retrouvée…]

 
 

 La totalité de l’article sus le blog de l’éditeur Un jour, une nuit. En picant aquí => http://unjourunenuit.canalblog.com/

 

Segon la formula consacrada « Venètz e portatz », qual de beure, qual de manjar, qual de dire, de sucrat e de salat, de pebrat per contar.
Selon la formule consacrée « Venez et portez », qui à boire, qui à manger, du sucré et du salé .
 
E se volètz, si vous voulez, »a la ceba, a la ceba !!! »
 
Granda tasta de « cake » a la ceba…
Grand concours de « caque à l’oignon »
 
Coma aquò es margat? o lo cafè òc per los innocents: Comment ça marche? ou le café oc pour les nuls:
A 7 oras dau vèspre: sopar partejat, cadun pòrta quicòm de manjar, de beure, de dire…
Venètz nombrosas e nombroses…
 

     a la Calandreta de Ginhac, 19h, camin de carabòtas. (còsta lo licèu agricòla)

    à la Calandreta la Garrigue de Gignac, 19h, chemin de carabottes. (à côté du lycée agricole)

    Per trapar la sala / Pour trouver la salle :

De Besièrs A75 sortida Clarmont d’Erau / Canet, prene Canet, traversar lo vilatge, sautar Erau e arribar a la D32 que va de Montanhac a Ginhac. Direccion Ginhac. Un pichon desenat de quilomètres, giradoira que va a drecha a Popian, St Bausèli, en fàcia a Ginhac, e a man gaucha cap al licèu agricòla e al camin de Carabòtas. Prene aquel camin passar davant lo licèu e la calandreta es aquí tocant, a drecha.
 
Se que non autorota A750 dusca a Ginhac, 2nda sortida en venent de Montpelhièr, 1ra aprèp lo pont sus Erau en davalant. Arribar aquí dins una giradoira, prene la direccion de Montanhac, Belarga, Canet en daissant Ginhac dins l’esquina. Primièira giradoira qu’encontratz puòi, a un parelh de quilomètres de la sortida de l’A750, cau prene a drecha lo camin de Carabòtas, licèu agricòla. Passar davant lo licèu e la calandreta es aquí tocant, a drecha.
 
Aquel qu’es pas content que se crompe un GPS (aquò empacha pas que se vire tanben lo cuol al vent).
 
De Béziers A75, sortie Clermont l’H. / Canet, prendre Canet, traverser le village, passer l’Hérault et arriver à la D32 qui va de Montagnac à Gignac. Direction Gignac. Une petite dizaine de km, giratoire qui va à droite à Popian, St Bauzille, en face à Gignac, et à gauche vers le lycée agricole par le chemin de Carabottes. Prendre ce chemin, passer devant le lycée et la calandrette est là à côté.
 
Sinon autoroute jusqu’à Gignac, 2ème sortie en venant de Montpellier, 1èra après l’Hérault en descendant. Arriver dans un rond-point, prendre la direction de Montagnac, Bélarga, Canet en laissant Gignac dans votre dos. Premier rond-point à une paire de km de la sortie de l’autoroute, prendre à droitele chemin de Carabottes et lycée agricole, passer devant le lycée et la calandrette est là à côté..

 
 
Per parlar occitan, se rescontrar, faire riqueta e s’assabentar los cafès occitans

Café occitan? pour parler, se rencontrer, partager un repas, s’instruire…

Mòde d’emplèc / Mode d’emploi

 
Per quals? Pour qui?

Tot lo mond, sòcis o pas de l’associacion, locutors o pas de la lenga d’òc, dau nenon pas tròp plorinejaire, al papeta rance pas tròp repapiare, e mai eles! Basta d’aver enveja d’ausir e de parlar l’occitan, (per aqueles qu’o pòdon), lenga en libertat, occitan de carrièira o patés de facultat.

Pour tous, membres ou non de l’association, locuteurs ou pas de la langue d’oc, du bébé pas trop pleurnichard à l’arrière grand-père pas trop radoteur, et même eux! Il suffit d’avoir envie d’entendre et de parler occitan (pour ceux qui le peuvent), langue en liberté, occitan de rue ou patois de faculté.

 

A l’entorn de? Autour de?

 Lo tèma es aquí per faire montar l’alhòli e nos assabentar, en segonda partida de serada, un còp que sèm assadolats, un convidat de tria presenta son trabalh, e una discutida s’enseguís. Per s’acabar en galejadas e cançons.

Le thème est là pour faire prendre la mayonnaise et nous instruire, en seconde partie de soirée, un invité présente son travail et une discussion s’ensuit. Pour se finir en galéjades et chansons.

 

Mercés d’o faire assaupre au vòstre entorn, de faire virar, que tant que vira fai de torns!

 merci de faire suivre et de le dire autour de vous
 

 

A gràtis