Archives de catégorie : CAFÈS OCCITANS

Joan Claudi Forêt au maset lo 28 de junh a Sant Guilhem

Per acabar una sason comola, rica, plan rica,
que recebèrem pas aqueste an que de tèstas de gondòlas per nòstres cafès òcs,
una annada que i vegèrem desfilar amb bonaür lo grum gròs, lo blanc dau pòrre, sonque de mond dau bon caire (lo nòstre!),
vos convidam a una serada un pauc especiala, dins lo bòn de la nuòch,
una darrièira serada amassa abans la necita desseparacion dau campòs estivenc, amb coma sanflorada, per lo darrièr Cafè Òc de la sason,

Joan Claudi Forêt au maset!

lo dimècres 28 de junh, ras de Sant Guilhem de Gelòna…

le mercredi 28 juin, à côté de Saint Guilhem le désert…

Dins un luòc encantat, recebrem Cristiana e Joan-Claudi, per charrar en occitan d’una parucion en francés,

de costuma lo mond fan lo contrari, mas reborsièrs nasquèrem, reborsièrs sèm.

E, per un còp, los Sautaròcs s’assetaràn plan suaus còsta los Espelhats, per l’ocasion endimenchats coma d’ametlièrs florits, los Badaires badaràn, los Innocents ensajaràn (es pas ganhat d’a fons…) de retrobar un pauc d’èime, vendràn saique un parelh de Bomians o una veitura de Frocandons, e los Ases bramaràn, brama que bramaràs, dins lo temps que la caravana de la vèrbia e dau saupre de nòstre amic passarà son trin.

E rau!

Escaisnoms/ Surnoms: Sautaròcs = Saint Guilhem/ Espelhats = Puéchabon/ Innocents = Aniane/ Badaires = Argelliers/ Bomians = Le Pouget/ Frocandons = Lodève/ Ases = Gignac.

 

Le premier volume de l’ouvrage« Regards sur le patrimoine en Pays Cœur d’Hérault », intitulé« Le long du fleuve Hérault » est un parcours sensible élaboré par Jean-Claude Forêt, écrivain, et Luc Micola, photographe, et librement inspiré de monographies de sites réalisées par la CAPECH (Coordination associative du patrimoine en Pays Cœur d’Hérault).
Ce deuxième numéro de la collection Les carnets du Cœur d’Hérault est disponible, en consultation dans les mairies et bibliothèques du territoire, et à la vente au tarif de 6€ dans plusieurs sites du Pays Cœur d’Hérault.

Un parcours sensible pour découvrir le territoire du Cœur d’Hérault
Pour comprendre un territoire, on peut s’y prendre de différentes façons : regarder et interpréter le paysage qui défile le long de l’autoroute, en étudier l’histoire multi-séculaire, en apprendre la langue, réaliser une monographie par commune et par site, rencontrer tous les habitants… ou bien, tout simplement, s’imprégner de l’odeur de la garrigue après la pluie. Et pourquoi pas faire tout cela en même temps ! C’est ce que nous invite à réaliser à lui tout seul ce carnet qui se présente comme un « parcours sensible ». Premier d’une série de trois ouvrages, « Autour du fleuve Hérault » part à la découverte d’une première partie du Cœur d’Hérault, territoire languedocien situé à la porte de Montpellier, entre fleuve Hérault, Clermontais et Lodévois-Larzac.

 

« Je me suis vu confier la rédaction de ce cahier n° 1 ; deux autres devraient suivre dans les deux ans à venir, écrits par d’autres auteurs. Il s’agit d’un itinéraire poétique et didactique « le long du fleuve Hérault » (c’est le titre), jalonné d’une quinzaine de sites patrimoniaux qu’on m’a proposé de présenter : par exemple le Roc de Pampelune à Argelliers ou le dolmen du Pouget, les chapelles, églises ou châteaux d’Aumelas, Aniane, Gignac, Saint-Pargoire, Nébian, Paulhan, Clermont-l’Hérault…

J’aime les travaux de commande et les exercices à contraintes, j’aime aussi (ce qui n’est guère original) les espaces à arpenter, les vieilles pierres chargées d’histoire et couvertes de pariétaires, les recoins secrets de pays qui réservent des bonheurs inespérés.

Le livre est écrit en français, mais il va sans dire que l’occitan y occupe une place essentielle, car les pierres de chez nous sont les mots sédimentés d’une très vieille langue. »

Jean-Claude Forêt

 

Dins la practica / en pratique:

Au maset i a una chiminièira e una grasilha, doncas manjarem la saucissa de Lina. (Coma animal totemic d’Argelièrs trastejam encara entre lo muscle o la saucissa. De discutir.)

Lo ceucle ofrirà la grasilhada mas seriá plan de nos dire (per retorn de mèl o sonada telefonica) lo nombre que vendretz que crompessèm los quilomètres porcassièrs que caudrà.

Lo mond auràn pas que de portar una intrada o un desèrt e un pauc de vin.

Las vegetarianas pòdon venir de Seta, e las lentilhas de la Maria-Lina seràn las plan vengudas. (lo fricandèu tanben)

 

Vos esperam a la remisa de Brunan, D4:

Après lo pont dau diable, prene la rota de Sant Guilhem, passar davant la bauma de Clamosa. L’ostau, un magazin ancian vengut sala municipala es au long de la rota, un quilomètre e mièg pus luònh, costat montanha, abans Sant Guilhem.

Pargue per las veituras a costat. Repais partejat tre 7 oras dau vèspre. Possibilitat de picar un cabús dins Erau, un pauc dejós, amb jacozis naturaus.

 

Au mazet il y’a une cheminée et un grill, donc nous mangerons la saucisse de Line. (On hésite encore dans le choix de l’animal totémique d’Argelliers entre la moule ou la saucisse. C’est à débattre.)

Le cercle offrira la grillade mas nous vous remercions de nous dire (par retour de mail ou appel téléphonique) le nombre que vous serez afin que nous achetions les kilomètres de porcs nécessaires.

Pour compléter vous n’aurez qu’à porter une entrée ou un déssert, un peu de vin.

 

Nous vous espérons à la remise de Brunan, D4:

Après le pont du diable, prendre la route de Saint Guilhem, passer devant la grotte de Clamouse. La maison, salle municipale, est au bord de la route, un km et demi plus loin, côté montagne, et bien avant St Guilhem.

On peut se garer à côté. Repas partagé dés 19h. Possibilité de nager dans l’Hérault, en contrebas, avec jacuzzis naturels!

 

Per comandar la saucissa / Pour commander la saucisse. Abans diluns 26 / avant lundi 26

cercle.occitan.max.roqueta@gmail.com

04 67 57 32 21

07 63 15 30 17

Se i a quicòm que truca / en cas de problème
06 73 20 98 26 (felip)
07 82 66 80 12 (joan-claudi)
07 63 15 30 17 (domenge)

 

 

Dimècres 17 de mai 19h

L’amor de luònh a posita!
Auretz  la possibilitat de lo veire lo prèmi Jaufre Rudel de carn, d’òsses e de lenga!
En mai, dempuòi l’autre jorn, t’aguèt un autre prèmi, la Monica, l’arrestam pas pus,
t’aguèt lo prèmi de la borricha de Mèsa!
 
Fa repiàmus sus totas las jòias, es capabla de raubar lo prèmi Padena au paure Joan de La Sala…
 
Doncas:

Calandreta La Garriga/ Ginhac
Café Occitan / Cafet lemosin

Dimècres 17 de mai 19h

 Bramaràn los ases qu’aqueste còp, los sarrasins, o puslèu la Sarrasina se’n torna a de bon.

 
Recebèm per lo cafè descabestrat Monica SARRASIN
conoguda tanben jot lo nom de Monique Sarazy.
Nous recevons pour le café occitan Monique SARAZY
également connue sous le nom de Monica Sarrasin.

La Monica, ‘quò’s una curiositat,
mas un pauc d’exotisme nos farà de ben.
Licéncia d’occitan a títol postum, pro-tèsi en devenir,
decana de la promocion famosa « Botifarras »
que passèt lo bac a l’Edat Mejana,
autora dins sa lenga mairala,
a una tatà Lison coma nautres avèm una tanta Nina,
e coma la Delpastre, te cavalca lo tractor.
 
La Monique, c’est une curiosité,
mais un peu d’exotisme nous fera du bien.
Licence d’occitan à titre posthume, pro-thèse en devenir,
auteure dans sa langue maternelle,
a une tata Lison comme nous avons une tante Nina,
et comme Marcelle Delpastre, elle chevauche un tracteur.
En mai, te parla en manjant la mitat dels mots, amb de ‘ de lònga.
(a Niana los Innocents dison pas que las vocalas, ‘la fa lo revèrs)

Un pauc antau:

Lo lendeman, quand ‘las torneren partir, sa sòr li disset :  « Escota : tu n’as jamai vist la montanha ni la granda aiga ; nos l’i te vam menar. »

Entau fagueren ‘las. Mas, queraque, ‘la n’avia pas degut reprener sos sangs perque ‘la faguet cas de res.

Dins la montanha, ‘la barret los uelhs per pas ‘visar l’emprund e ‘la s’assumiguet.

‘Las la meneren a Biarritz.

Quò rencontret que, ‘queu jorn, l’i aviá quauque ministre que visitava la vila e’na fanfara se metèt de jugar,

trapatrapatrapat, au moment que ‘las davaleren de l’autò.
 
Coma lo còp passat per Josiana e los Lhubacs,
quand saupèron que l’aviam convidada, tè,
ie donèron un prèmi.

Es de mòda, aquò, ara. Mancariá pas que nos arribèsson los autres de Tolosa.

Ten-te Maria qu’anam trotar,
li an balhat lo prèmi de l’Amor de Luònh. 🙂
(se aquò vos ditz pas res, n’i a que se’n sovenon d’aquel concèpte fumós
e quauque ren pervèrs,
segur Gildà, quand òm a pas lo bonaür de morir dins los braces de l’aimada,
aquò s’entend.)
 
lo « Premi Jaufre Rudel »

Queu premi  es decernat a Monica Sarrasin tan ben per son darrier libre « D’entre tant, quauques uns  »
editat en 2016 per « Lo Chamin de Sent Jaume » que per son òbra literària.

Comme d’habitude, quand ils ont su que nous l’avions conviée,
ils lui ont donné un prix: lo « Premi Jaufre Rudel »
pour son dernier livre « D’entre tant, quauques uns  »
édité en 2016 par « Lo Chamin de Sent Jaume » ainsi que pour l’ensemble de son oeuvre littéraire.
 
A 7 oras dau vèspre: sopar partejat, cadun pòrta quicòm de manjar, de beure, de dire…

Venètz nombrosas e nombroses…
 

     a la Calandreta de Ginhac, 19h, camin de carabòtas. (còsta lo licèu agricòla)

    à la Calandreta la Garrigue de Gignac, 19h, chemin de carabottes. (à côté du lycée agricole)

    Per trapar la sala / Pour trouver la salle :

De Besièrs A75 sortida Clarmont d’Erau / Canet, prene Canet, traversar lo vilatge, sautar Erau e arribar a la D32 que va de Montanhac a Ginhac. Direccion Ginhac. Un pichon desenat de quilomètres, giradoira que va a drecha a Popian, St Bausèli, en fàcia a Ginhac, e a man gaucha cap al licèu agricòla e al camin de Carabòtas. Prene aquel camin passar davant lo licèu e la calandreta es aquí tocant, a drecha.

 

Se que non autorota A750 dusca a Ginhac, 2nda sortida en venent de Montpelhièr, 1ra aprèp lo pont sus Erau en davalant. Arribar aquí dins una giradoira, prene la direccion de Montanhac, Belarga, Canet en daissant Ginhac dins l’esquina. Primièira giradoira qu’encontratz puòi, a un parelh de quilomètres de la sortida de l’A750, cau prene a drecha lo camin de Carabòtas, licèu agricòla. Passar davant lo licèu e la calandreta es aquí tocant, a drecha.
 
Aquel qu’es pas content que se crompe un GPS (aquò empacha pas que se vire tanben lo cuol al vent).

De Béziers A75, sortie Clermont l’H. / Canet, prendre Canet, traverser le village, passer l’Hérault et arriver à la D32 qui va de Montagnac à Gignac. Direction Gignac. Une petite dizaine de km, giratoire qui va à droite à Popian, St Bauzille, en face à Gignac, et à gauche vers le lycée agricole par le chemin de Carabottes. Prendre ce chemin, passer devant le lycée et la calandrette est là à côté.
 
Sinon autoroute jusqu’à Gignac, 2ème sortie en venant de Montpellier, 1èra après l’Hérault en descendant. Arriver dans un rond-point, prendre la direction de Montagnac, Bélarga, Canet en laissant Gignac dans votre dos. Premier rond-point à une paire de km de la sortie de l’autoroute, prendre à droitele chemin de Carabottes et lycée agricole, passer devant le lycée et la calandrette est là à côté..
 

 

Cafè occitan Dimècres 19 d’abriu 19h00 Ginhac

Calandreta la Garriga – camin de Carabòtas

Talhièr descabestrat de lenga nòstra en libertat.

E se perseguiscam lo prètzfach que nos sèm donats? 
De saupre: vos espantar e vos congostar.
Encara e sempre mai, vos embucar de lenga e de cultura nòstras, aquò fins a çò que ne tressusèsse lo mendre dels vòstres trauquilhons…
E, un còp de mai ne tombaretz de cuèu, adelits, estabosits, lo cap dins las estelas…  Fai tirar, vos embarcam, aqueste dimècres, per lo país dels angelets, 
per ne cantar saique quauqu’unas amb eles, elas ??? (vai te’n saupre, tu)
 
Que, mai fòrt que lo Ròcafòrt, nos sèm petaçats (mercé Felip) per faire venir per vòstre cafè òc d’abriu, LA còla de sòmi, (en francés: la dream-team)
pas que per vautres, LA tripleta que fa miranda, que fa rapiàmus sus totas las jòias, guierdonats tornarmai en 2017. 
(en fach, tre que l’Acadèmia Carles Cros aprenguèt que los aviam convidats.)
 
Vos prepausam doncas de passar una serada de las chanudas cotria :
Venez passer une superbe soirée avec:
 
Marie-José Fages Lhubac /Josiana Ubaud / Jean-Michel Lhubac
per la presentacion de / présentation du:
CANÇONIÈR TOTEMIC LENGADOCIAN volum 3
amb d’illustracions de Pèire François
Edicions Trabucaire 2016.
Après le premier volume consacré aux chants de la petite enfance, le deuxième qui accompagne l’enfant dans son entrée dans le monde des adultes, 
ses fêtes et ses rites, voici le troisième volume tourné vers l’étude de la gestuelle, 
de la danse et des sons mettant en lumière les gestes fondateurs qui construisent l’individu dans sa société.
Per lo segond còp, l’Acadèmia Carles Cros recompensa lo Cançonièr Totemic Lengadocian de Maria-Josè Fages-Lhubac, JoanMiquèu Lhubac, Josiana Ubaud. 
 Aprèp lei dos premiers volums guierdonats en 2007, lo volum III obten encara un « Còp de còr » de l’Acadèmia, categoria Jove Public. 
Li foguèt autrejat dissabte 18 de Març, a Marselha, dins l’encastre dau Festenau dei musicas dau monde.
Presentacion dau cançonièr e dau DVD : http://www.josiane-ubaud.com/canta_3.htm
A 7 oras dau vèspre: sopar partejat, cadun pòrta quicòm de manjar, de beure, de dire…
Venètz nombrosas e nombroses…

 a la Calandreta de Ginhac, 19h, camin de carabòtas. (còsta lo licèu agricòla)

à la Calandreta la Garrigue de Gignac, 19h, chemin de carabottes. (à côté du lycée agricole)

Per trapar la sala / Pour trouver la salle :

De Besièrs A75 sortida Clarmont d’Erau / Canet, prene Canet, traversar lo vilatge, sautar Erau e arribar a la D32 que va de Montanhac a Ginhac. Direccion Ginhac. Un pichon desenat de quilomètres, giradoira que va a drecha a Popian, St Bausèli, en fàcia a Ginhac, e a man gaucha cap al licèu agricòla e al camin de Carabòtas. Prene aquel camin passar davant lo licèu e la calandreta es aquí tocant, a drecha.

 

Se que non autorota A750 dusca a Ginhac, 2nda sortida en venent de Montpelhièr, 1ra aprèp lo pont sus Erau en davalant. Arribar aquí dins una giradoira, prene la direccion de Montanhac, Belarga, Canet en daissant Ginhac dins l’esquina. Primièira giradoira qu’encontratz puòi, a un parelh de quilomètres de la sortida de l’A750, cau prene a drecha lo camin de Carabòtas, licèu agricòla. Passar davant lo licèu e la calandreta es aquí tocant, a drecha.

Aquel qu’es pas content que se crompe un GPS (aquò empacha pas que se vire tanben lo cuol al vent).

De Béziers A75, sortie Clermont l’H. / Canet, prendre Canet, traverser le village, passer l’Hérault et arriver à la D32 qui va de Montagnac à Gignac. Direction Gignac. Une petite dizaine de km, giratoire qui va à droite à Popian, St Bauzille, en face à Gignac, et à gauche vers le lycée agricole par le chemin de Carabottes. Prendre ce chemin, passer devant le lycée et la calandrette est là à côté.

Sinon autoroute jusqu’à Gignac, 2ème sortie en venant de Montpellier, 1èra après l’Hérault en descendant. Arriver dans un rond-point, prendre la direction de Montagnac, Bélarga, Canet en laissant Gignac dans votre dos. Premier rond-point à une paire de km de la sortie de l’autoroute, prendre à droitele chemin de Carabottes et lycée agricole, passer devant le lycée et la calandrette est là à côté.. 

Per parlar occitan, se rescontrar, faire riqueta e s’assabentar los cafès occitans

Café occitan? pour parler, se rencontrer, partager un repas, s’instruire…

Mòde d’emplèc / Mode d’emploi

Per quals? Pour qui?

Tot lo mond, sòcis o pas de l’associacion, locutors o pas de la lenga d’òc, dau nenon pas tròp plorinejaire, al papeta rance pas tròp repapiare, e mai eles! Basta d’aver enveja d’ausir e de parlar l’occitan, (per aqueles qu’o pòdon), lenga en libertat, occitan de carrièira o patés de facultat. 

Pour tous, membres ou non de l’association, locuteurs ou pas de la langue d’oc, du bébé pas trop pleurnichard à l’arrière grand-père pas trop radoteur, et même eux! Il suffit d’avoir envie d’entendre et de parler occitan (pour ceux qui le peuvent), langue en liberté, occitan de rue ou patois de faculté. 

A l’entorn de? Autour de?

 Lo tèma es aquí per faire montar l’alhòli e nos assabentar, en segonda partida de serada, un còp que sèm assadolats, un convidat de tria presenta son trabalh, e una discutida s’enseguís. Per s’acabar en galejadas e cançons.

Le thème est là pour faire prendre la mayonnaise et nous instruire, en seconde partie de soirée, un invité présente son travail et une discussion s’ensuit. Pour se finir en galéjades et chansons.

Mercés d’o faire assaupre au vòstre entorn, de faire virar, que tant que vira fai de torns!

 merci de faire suivre et de le dire autour de vous

A gràtis

 

Café Oc Omenatge a Luceta

Mardi* 21 Mars 2017 le printemps fleuri à la calandreta de Gignac /  19h00

VO / « Un còp èra un flume grand tan larg que l’imatge dau cèl s’i perdiá dins lo cèl. Veniá de luònh. Cent países i vojavan son aiga… »
 Avètz saique reconogut Max Roqueta e son Flume grand qu’asaiga lo Verd Paradís 1.
 
Cent paises que se dison Ginhac o Bessan, Sant Guilhem o Sant Joan de Fòs, Ceban e Puòg Abon, Niana, Borronhan…  Cent países que se recampan un còp de mai a Carabòta Còr d’Erau a l’entorn de Luceta e de Luseta, (personatge mitic de Danièl e animal totemic, mascòta, dau Joan-Marc aquel pòrta-lum de nòstre pòble. Se l’un fa lum quand l’amor li ven, l’autre lo daissa passar lo lum e los dos fan lo parelh!)
 
M’avètz plan comprés,
recebrem los Vilanòvas Brothers, per un omenatge, òc-ben un omenatge!
Aquí fau una parentèsi. ( Ausisse ja d’unas lengas de pelhas s’espofinar e desparlar: « Tè, los de l’IEO l’an virada sa canturla, an perdut l’oremus que començan de repapiar coma lo Felibritge. Ve, ara per ara, fan d’omenatges aqueles ensucats… – Saique òi, mas quin omenatge! Una figura, una fortuna, una egeria, una musa, una femna fenestrièira, una femna de plaça qu’avèm totes un jorn o l’autre crosada, la LUCETA. E ne sabe, de coquinasses, que l’an tirada la ficèla e que poiram testimoniar perqué son venguts puòi egiptològs.)
 
 
 
VF/ « Il y’avait autrefois un grand fleuve tellement large que le reflet du ciel s’y perdait dans le ciel. Il venait de loin. Cent pays y versaient leur eau… »
 Max Roqueta, Verd Paradís1, lo flume grand, CRDP MTP, 1993.
 
Cent pays répondant aux noms de Gignac ou Bessan, Saint-Guilhem ou Saint Jean de Fos, Ceban et Puéchabon, Aniane ou Bourougnan… Cent pays qui se rassemblent une nouvelle fois à Carabotte Coeur d’Hérault autour de Lucette (personnage mythique de Daniel) et de Luseta (= le ver luisant, animal totémique, mascotte, de Jean Marc. Si l’un fait sa propre lumière quand l’amour le prend, l’autre la laisse passer la lumière et les deux font la paire!)
Vous avez bien lu, nous recevrons les Villanovas Brothers pour un hommage, oui un hommage!
Ici je fais une parenthèse. ( J’entends déjà les langues de peilles s’escacalasser et déparler: « Tè y a ceux de l’IEO qui sont devenus fadats et qui commencent de repapier comme le Félibrige. Ils font des hommages, maintenant, ces ensuqués… – Peut-être, mais quel hommage! Une figure, une fortune, une égérie, une muse, une femme de place que nous avons tous, un jour ou l’autre, croisée: LUCETTE.)
 
Per copar cort:

Omenatge descabestrat a Luceta!!!
en Occitan, en Francitan, en çò que vos canta,
amb Danièl e Joan-Marc Vilanòva 
en preséncia de son editor.
 
Dimars* 21 de Març, la prima florís
 a la calandreta de Ginhac /  19h00
 
 
*Es pas una error, mas per un còp, qu’un còp fa pas puta aquò se sap, lo cafè òc se tendrà un dimars.
 
Hommage à Lucette / Omenatge a Luceta de Daniel Villanova. Bilingue. Traduction occitane de Jean-Marc Villanova. Ed. Un jour, une nuit. 2016
 
Hommage à Lucette!!!
en Occitan, en Francitan, en ce que vous voudrez,
avec Danièl e Joan-Marc Vilanòva 
en presence de leur éditeur.
 
Mardi* 21 Mars le printemps fleuri 
à la calandreta de Gignac /  19h00
*Ce n’est pas une erreur mais pour une fois le café òc aura lieu un mardi.
 
La Lucette dau Danièl
« Hé ! Qu’est-ce que vous voulez, j’ai pas fait des grandes études moi ; je viens pas du
grand monde ! Je suis pas née dorée sur tranche ! Papa était ouvrier agricole et
maman travaillait dans une usine de sardines ; alors vous pensez bien que des
hommages, ils en ont pas reçus beaucoup, dans leurs vies ! Au contraire… au
contraire, qu’il leur a fallu tirer le diable par les cornes, pour nous faire venir, mes
frères et moi. Hé, comme tous les gens pauvres, ils sont partis de rien, et quand ils
sont arrivés, il leur restait plus grand-chose… »
 
 
La Luceta dau Joan Marc
« E ! De qué volètz, d’estudis, ne faguèri pas gaire, ieu ; veni pas de la 
«Nauta », coma se ditz. Siái pas nascuda amb la crespina ! Papà èra vinhairon e
mamà trabalhava dins una fabrica de sardas ; alara, pensatz ben que
d’omenatges, ne recebèron pas gaire, dins sa vida ! Al contrari, al bèl contrari,
que lor calguèt tirar lo diable per las banas per nos faire venir, los fraires e ieu.
È, de qué volètz, coma totes los paures, partiguèron de res, e quand arribèron,
lor demorava pas grand causa… »
 
 
Voici le Marcel dau Danièl
Alors, on descend du car, tout un groupe, Marcel en tête; on rentre dans la
charcuterie et Marcel il dit à la charcutière :
– Bonjour, Madame ! Je voudrais de ce jambon, là…
Alors, cette femme elle prend le jambon, elle le pose sur la machine et elle lui
demande: « – Combien de tranches, Monsieur ? »
– Oh, allez-y, allez-y, je vous dirai…
Alors cette femme, elle enclenche la machine, et allez… rrr… rrr… rrr… rrr… dix
tranches… vingt tranches… trente tranches… quarante tranches…
Et tout d’un coup Marcel il fait : « – Celle-là!… »
Hou ! Cette femme, elle est restée couille!… J’ai vu le moment qu’elle se tranchait les
doigts! Elle est devenue blême! Blême!… Et pourtant, une charcutière aveyronnaise
blême, c’est rare!… Mais là, je crois que tout son sang lui était tombé aux chevilles!…
 
E vaquí lo, lo Marcelon dau Joan-Marc:
Alara davalam de l’autobus, una tropelada, lo Marcelon bèl primièr ; dintram
dins la carnsaladariá e Marcelon li ditz, a la carnsaladièra:
– Plan lo bonjorn, Dòna ! Aimariái d’aquel cambajon, d’aquí…
Vaquí aquela femna que te prend lo cambajon, lo te pausa sus lo copalard e li
demanda, al Marcelon : « – E quant de lescas, sénher ? »
– Ò, copatz, copatz, o vos dirai…
Alara, aquela femna t’encranca la maquina, e zo… rrr… rrr… rrr… rrr… dètz lescas…
vint lescas… trenta lescas… quaranta lescas…
E d’un còp, lo Marcelon que li fa : « – Aquela ! »
Oi ! Aquela femna, qu’es demorada colha !… Vegèri lo moment que se trencava los
dets ! Venguèt palla ! Pallinassa !… E pasmens, una carnsaladièira d’Avairon
pallinassa, es rar !… Mas aquí, cresi que la sang tota li èra tombada per las cavilhas !..
 
 

[… La langue d’oc affleure avec des mots et des expressions que chacun reconnaît par ses rires comme des marqueurs identitaires. Jean-Marc Villanova, frère aîné de l’acteur, lui-même acteur (il a ainsi monté et joué une centaine de fois en solo L’autbòi de nèu de Max Rouquette), a entrepris de traduire en occitan un des spectacles de Daniel : Luceta, premier personnage emblématique de la saga villanovienne, celui d’une commère qui, avec le temps, se fait porteuse de critique sociale. Ce n’était pas évident. Le rire chez Daniel tient beaucoup à cet affleurement d’une langue à travers une autre, et d’une connivence avec le langage quotidien des gens. La mise en occitan doit fonder le rire sur autre chose : la vigueur populaire traditionnelle de la langue d’oc. Jean-Marc s’en tire bien, en faisant un texte nécessairement un peu différent. Alors ce qui était affleurement fai flòri, fait ressortir ce sens de la formule qui fait mouche, ces pointes acérées et bien envoyées, tout ce qui, dans le rire de Daniel, traverse les frontières des langues et parle à tout le monde quelle que soit son origine, en même temps qu’il l’inscrit dans sa profondeur originelle, celui de la langue occitane souterraine et retrouvée…]

 
 

 La totalité de l’article sus le blog de l’éditeur Un jour, une nuit. En picant aquí => http://unjourunenuit.canalblog.com/

 

Segon la formula consacrada « Venètz e portatz », qual de beure, qual de manjar, qual de dire, de sucrat e de salat, de pebrat per contar.
Selon la formule consacrée « Venez et portez », qui à boire, qui à manger, du sucré et du salé .
 
E se volètz, si vous voulez, »a la ceba, a la ceba !!! »
 
Granda tasta de « cake » a la ceba…
Grand concours de « caque à l’oignon »
 
Coma aquò es margat? o lo cafè òc per los innocents: Comment ça marche? ou le café oc pour les nuls:
A 7 oras dau vèspre: sopar partejat, cadun pòrta quicòm de manjar, de beure, de dire…
Venètz nombrosas e nombroses…
 

     a la Calandreta de Ginhac, 19h, camin de carabòtas. (còsta lo licèu agricòla)

    à la Calandreta la Garrigue de Gignac, 19h, chemin de carabottes. (à côté du lycée agricole)

    Per trapar la sala / Pour trouver la salle :

De Besièrs A75 sortida Clarmont d’Erau / Canet, prene Canet, traversar lo vilatge, sautar Erau e arribar a la D32 que va de Montanhac a Ginhac. Direccion Ginhac. Un pichon desenat de quilomètres, giradoira que va a drecha a Popian, St Bausèli, en fàcia a Ginhac, e a man gaucha cap al licèu agricòla e al camin de Carabòtas. Prene aquel camin passar davant lo licèu e la calandreta es aquí tocant, a drecha.
 
Se que non autorota A750 dusca a Ginhac, 2nda sortida en venent de Montpelhièr, 1ra aprèp lo pont sus Erau en davalant. Arribar aquí dins una giradoira, prene la direccion de Montanhac, Belarga, Canet en daissant Ginhac dins l’esquina. Primièira giradoira qu’encontratz puòi, a un parelh de quilomètres de la sortida de l’A750, cau prene a drecha lo camin de Carabòtas, licèu agricòla. Passar davant lo licèu e la calandreta es aquí tocant, a drecha.
 
Aquel qu’es pas content que se crompe un GPS (aquò empacha pas que se vire tanben lo cuol al vent).
 
De Béziers A75, sortie Clermont l’H. / Canet, prendre Canet, traverser le village, passer l’Hérault et arriver à la D32 qui va de Montagnac à Gignac. Direction Gignac. Une petite dizaine de km, giratoire qui va à droite à Popian, St Bauzille, en face à Gignac, et à gauche vers le lycée agricole par le chemin de Carabottes. Prendre ce chemin, passer devant le lycée et la calandrette est là à côté.
 
Sinon autoroute jusqu’à Gignac, 2ème sortie en venant de Montpellier, 1èra après l’Hérault en descendant. Arriver dans un rond-point, prendre la direction de Montagnac, Bélarga, Canet en laissant Gignac dans votre dos. Premier rond-point à une paire de km de la sortie de l’autoroute, prendre à droitele chemin de Carabottes et lycée agricole, passer devant le lycée et la calandrette est là à côté..

 
 
Per parlar occitan, se rescontrar, faire riqueta e s’assabentar los cafès occitans

Café occitan? pour parler, se rencontrer, partager un repas, s’instruire…

Mòde d’emplèc / Mode d’emploi

 
Per quals? Pour qui?

Tot lo mond, sòcis o pas de l’associacion, locutors o pas de la lenga d’òc, dau nenon pas tròp plorinejaire, al papeta rance pas tròp repapiare, e mai eles! Basta d’aver enveja d’ausir e de parlar l’occitan, (per aqueles qu’o pòdon), lenga en libertat, occitan de carrièira o patés de facultat.

Pour tous, membres ou non de l’association, locuteurs ou pas de la langue d’oc, du bébé pas trop pleurnichard à l’arrière grand-père pas trop radoteur, et même eux! Il suffit d’avoir envie d’entendre et de parler occitan (pour ceux qui le peuvent), langue en liberté, occitan de rue ou patois de faculté.

 

A l’entorn de? Autour de?

 Lo tèma es aquí per faire montar l’alhòli e nos assabentar, en segonda partida de serada, un còp que sèm assadolats, un convidat de tria presenta son trabalh, e una discutida s’enseguís. Per s’acabar en galejadas e cançons.

Le thème est là pour faire prendre la mayonnaise et nous instruire, en seconde partie de soirée, un invité présente son travail et une discussion s’ensuit. Pour se finir en galéjades et chansons.

 

Mercés d’o faire assaupre au vòstre entorn, de faire virar, que tant que vira fai de torns!

 merci de faire suivre et de le dire autour de vous
 

 

A gràtis

     

 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

 

Catarisme, crosada, mite e realitat

Ginhac, a la Calandreta, cafè occitan amb Felip Martel

Dimècres 1r de Febrièr / Mercredi 1r Février  19h00

« Catarisme, crosada, mite e realitat »

Una recèpta de ma Tanta Nina:

Per  montar un bòn alhòli:

– vos cau un Especialista de la còsta plena, e aquí, qual melhor que Felip Martel nos lo podiá montar aquel alhòli que ne parlam? 

– una retira agradiva, plan caufada dins lo plen de l’ivèrn, e la bona aculhença dau mond de la Calandreta que sabon encara çò que « Convivéncia » vòu dire.

– d’amigas, d’amics, vautres, per partejar…

– un peçuc de pebre vengut d’amondaut per saique faire brossar la sauça ?

Revista L’Histoire, N°430, decembre de 2016:

mensuel N°430 daté décembre 2016

Les cathares, comment l’Église a fabriqué des hérétiques

Dans le Languedoc du XIIe siècle, des formes et des interrogations religieuses nouvelles ont vu le jour. 

Au XIXe siècle, on leur a inventé une histoire, le « catharisme », hérésie dualiste, lutte occitane contre des croisés venus du nord.

C’était oublier que l’hérésie était largement une invention des pouvoirs ecclésiastiques et princiers. 

C’était donner une cohésion à une région qui n’en avait pas. Notre dossier propose de quitter un moment l’imaginaire pour revenir aux archives.

A 7 oras dau vèspre: repais partejat, cadun pòrta quicòm de manjar, de beure, de dire…

A 19h repas partagé, chacun porte un quicomet, à manger, à boire, à dire…

Venètz nombrosas e nombroses…

 

 a la Calandreta de Ginhac, 19h, camin de carabòtas. (còsta lo licèu agricòla)

à la Calandreta la Garrigue de Gignac, 19h, chemin de carabottes. (à côté du lycée agricole)

Per trapar la sala / Pour trouver la salle :

  De Besièrs A75 sortida Clarmont d’Erau / Canet, prene Canet, traversar lo vilatge, sautar Erau e arribar a la D32 que va de Montanhac a Ginhac. Direccion Ginhac. Un pichon desenat de quilomètres, giradoira que va a drecha a Popian, St Bausèli, en fàcia a Ginhac, e a man gaucha cap al licèu agricòla e al camin de Carabòtas. Prene aquel camin passar davant lo licèu e la calandreta es aquí tocant, a drecha.

Se que non autorota A750 dusca a Ginhac, 2nda sortida en venent de Montpelhièr, 1ra aprèp lo pont sus Erau en davalant de Lodèva. Arribar aquí dins una giradoira, prene la direccion de Montanhac, Belarga, Canet en daissant Ginhac dins l’esquina. Primièira giradoira qu’encontratz puòi, a un parelh de quilomètres de la sortida de l’A750, cau prene a drecha lo camin de Carabòtas, licèu agricòla. Passar davant lo licèu e la calandreta es aquí tocant, a drecha.

Aquel qu’es pas content que se crompe un GPS (aquò empacha pas que se vire tanben lo cuol al vent).

De Béziers A75, sortie Clermont l’H. / Canet, prendre Canet, traverser le village, passer l’Hérault et arriver à la D32 qui va de Montagnac à Gignac. Direction Gignac. Une petite dizaine de km, giratoire qui va à droite à Popian, St Bauzille, en face à Gignac, et à gauche vers le lycée agricole par le chemin de Carabottes. Prendre ce chemin, passer devant le lycée et la calandrette est là à côté.

Sinon autoroute jusqu’à Gignac, 2ème sortie en venant de Montpellier, 1èra après l’Hérault en descendant. Arriver dans un rond-point, prendre la direction de Montagnac, Bélarga, Canet en laissant Gignac dans votre dos. Premier rond-point à une paire de km de la sortie de l’autoroute, prendre à droitele chemin de Carabottes et lycée agricole, passer devant le lycée et la calandrette est là à côté.. 

Bonjorn !

Dimècres 27 d’Abria a la calandreta de Ginhac

(ras dau licèu agricòla, camin de Carabòtas, virar al caireforç redond de Sant Bausèli de la Sèlva, rota de Canet)

café occitan ambé Ròsa Miòch, que presentarà son libre: Lydia Wilson de Ricard, La Felibressa rotja

Lydie WILSON DE RICARD

*Tre 8 oras e mièja dau vèspre: Ròsa presentarà aquela femna de letras dins l’encastre dau fondament dau Felibritge Roge e de sos joves fondators, qu’avián totes mens de 30 ans en 1876.
Presentacion de mièg-ora ora maximom, puèi podrem charrar a partir de las questions pausadas: sus lo tèma presentat, sus las recèrcas en òc, sus la poësia en òc (Ròsa ne prendrà de Lydia e de Forès mas tanben de Leontina Goirand e de L-W de Ricard)…

A 7 oras dau vèspre: repais partejat, tirat de la saqueta.

Venètz nombrosas e nombroses…

Nadal occitan

index
Nadal occitan al cafè de dimècres qu’arriba !
 
Difficile d’imaginer que Noël approche alors que des chèvrefeuilles ont fleuri la semaine dernière encore dans la garrigue pompignanaise…
 
Pasmens la barbasta es tornada e de matin fau rasclar los parabrisas dempuèi quauques jorns aici.
 
Nous entamerons ce mois de décembre dans la douceur des chants de Noël languedociens et provençaux que va interpréter le duo BISCAM PAS : Philippe Carcassés et Marie Frinking-Carcassés.
Chacun y retrouvera l’aura unique de Noël, avec les grands classiques (La camba ma fai mau, La marcha dels Reis, Pastres Pastretas…) ainsi que d’autres chants moins connus. 

Marie Frinking-Carcassés: accordéon diatonique. 

Philippe Carcassés: chant, hautbois du Bas-Languedoc, cornemuse bodega, flûte de pan frestèu. 

En mai de Maria e Felip, i aurà, per cantar, de membres de las coralas occitanas de Sant Guilhem e de Seta, que los vòlon pas pus per cantar a Sant-Guilhem e a Seta.
 
Philippe CARCASSES, vous l’avez peut-être croisé à Sète, joueur de hautbois qui parle couramment le Japonais lors des joutes, chanteur talentueux de Brassens en occitan, parolier de « Montpellier la surdouée » que Lo Cocut  a offert à Pompignan et à Cézas pour un public hilare, musicien, instrumentiste polyvalent e mai encara…

 Rendez-vous ce mercredi 2 décembre au Bar des Colonnes de Pompignan pour un concert à 20h30.
 
Los que volon manjar an de besonh de telefonar al 04 66 77 94 30 per dire a  Severina o a  Sarà d’i servar lo repais per 7 oras e mièja :
 Cuisse de canard confite et purée de pommes de terre avec une salade verte
Gâteau de châtaignes au chocolat sur crème anglaise…

Balèti ensuite.
i aura un capèl !
Participation libre.
 
a dimècres
 
Veronica
 

 

Programa Pompinhan

affiche fête des cafés occitans mercredi 3 juin 2015 à Pompignan

 Mond d’Occitània e de’n pertot, abans que de n’acabar per la sason amb lo balèti a venir dau 13 de junh, nos deslocalizam per un còp mas o sabètz un còp fa pas… e vos convidam lo dimècres 3 de junh a Pompinhan al recampament das cafès occitans de Gard e d’Erau. E rau…

Lo darrièr cafè òc de l’an partejat amb los amics das autres cafès òc, e amb los convidats de totes, es pas polida la vida que vos fasèm?

 

Pompinhan serà per una serada lo Davòs d’Occitània, dau causse lo G7 (per d’aiga ai pas set), los jòcs olimpics de la lenga nòstra, que tot çò que l’occitanisme d’aqueles departaments compta coma VIPs, perdon, coma òlis onchoses, grums gròsses, blancs das pòrres, la sanflorada, nosautres totes qué!, serà acampat per se congostar e totalfestumejar.

Demandetz pas lo programa, es aquí dejós:

Verso tract Café Oc Pompi

Pour entendre chanter Lo Cocut dans le village mais aussi André, Annette, Hervé, Millie et d’autres,

pour écouter les poèmes choisis par Jean-Claude, répondre aux devinettes de Philémon,

 écouter contes et histoires, et on ne peut pas tout annoncer …

Pour savourer la soupe de poisson de Caro, les moules grillées par des spécialistes héraultais amb sos « muscles de Brissac al pelhòt », les desserts de Cécile…

et pour ne pas jeter inutilement : apportez vos couverts, nous fournirons les assiettes, des vraies !

Pour profiter du concert (gratuit !) puis danser joyeusement avec Garric :

il faut venir le   Mercredi 3 juin, au kiosque derrière l’église de Pompignan, à 18 heures .

En raison des travaux importants qui ont lieu au centre du village, il est conseillé de se garer aux abords de la cave coopérative ou au champ de Blaise (à coté du terrain de tennis)

Es lo TOTAL FESTUM 2015 : 

Venètz tre 6 oras festejar amb los cafèsÒC de Gard e d’Erau !