Archives de catégorie : Non classé

Calandreta de Ginhac

Bonjorn !

quauques cafès oc vos espèran, a la Calandreta de Ginhac , a partir de 19 oras (au caireforç de Sant Bausèli de la Silva, fòra Ginhac, prene lo camin de Carabòtas, la Calandreta es après lo licèu agricòl):

A venir: LO CALENDIÈR 

Dimècres 26 d’octòbre / Mercredi 26 d’octobre

CAFÈ OCCITAN avec PATRÍCIA PALLIER

 142 jours dans un masuc de l’Aubrac, au Grelh Roergàs

61atb5fplvl-_sx448_bo1204203200_

Les enfants de l’Aubrac descendent aux pays des mille vignes pour nous raconter l’estive dans un masuc…

 

Dimècres 30 de novembre/ Mercredi 30  novembre

 CAFÈ OCCITAN amb la Miquèla e la MARCÈLA

ste-w275p1

 Miquèla Stenta, Marcelle Delpastre  A fleur de l’âme, photographies de Charles Camberoque, Vent Terral, 2016.

 Dans ces pages, obéissant au genre biographique, il s’agit d’approcher une personnalité originale, paysanne et poète, et d’en permettre la connaissance à un large public…

Lo Clapàs mardi 18 dOctobre 17h15

camana

18 octobre 2016 – Séminaire REDOC – Domenge Caucat

« La Campana de Magalouna »

jornal popular de Montpelhièr de 1892 a 1933 o l’èime d’un país

17 h 15, salle A 105 – ouvert à tous

La Campana de Magalouna a sonné en claire langue d’oc pendant 41 années et quelques 80 ans après que son chant se soit éteint, l’évocation du petit journal montpelliérain fait encore naître un sourire sur les lèvres et des étincelles dans les yeux : son souvenir, encore vif, est aimable et réjouissant pour nous laisser entendre que les Campaniers avaient réussi, eux, pour reprendre le vers fameux de Mistral, « à chanter pour les bergers et les gens des mas » ou plutôt des masets et pour le petit peuple de leur ville.

Nous la ferons sonner à nouveau cette Campana comme lors de sa naissance félibréenne, à grande volée,  jusqu’à ses pauvres glas, nous nous mettrons à l’écoute de l’Escoutaire, nous irons avec lui faire ripaille au maset, et, s’il le faut, nous ressusciterons pour tirer sur la corde les quelques 600 Campaniers d’autrefois. Peut-être entendrons nous, au-delà du tumulte, le bourdonnement d’une époque, le murmure de l’âme d’un pays?

Serada boliviana 16 de setembre a Puechabon

Bonjorn !

Aqui l’aficha per una serada boliviana, que se debanarà lo divendres 16 de setembre a Puechabon tre 8 oras e mièja dau vèspre.

PATAMANTA

En solidaritat ambé los pòbles primièrs d’America latina.

A lèu

Ensemble franco-bolivian Patamanta ( « venèm d’amont« , en quechua).

  • Rosa Calderon: bombo et danse
  • Marie Frinking-Carcassés: accordéon
  • Ramiro Calderon: charango, siku et chant
  • Luis Villafane: guitare
  • Gilbert Guilhem: kena, siku
  • Philippe Carcassés: kena, siku

Balèti samedi 9 avril

A l’espace culturel de Puéchabon (34150), entre Aniane et Viols-le-Fort :

 BAL TRAD au parfum d’ISRAËL,

IMG_20160409_221739805

avec LE DUO :

  • Camille Porquet
  • Didier Raffanel 

 

*14H30 : atelier d’accordéon diatonique avec Marie.

*18H : atelier de danses d’Israël animé par Catherine Cherpentier (animatrice expérimentée, qui a dirigé les sessions de danses israëliennes pour Lève toi et danse et pour Coriandre….).

*20H : repas partagé, tiré du sac.

*21H10 : balèti animé par LE DUO, qui vous proposera les scottishes, bourrées, cercles… des bals habituels, le tout agrémenté des danses israëliennes vues à l’atelier.

 

NB : L’espace culturel est situé le long de la route qui traverse Puéchabon, au centre du village, entre le bar « Le Troquet » et l’église.

 

*Prière de ne pas se garer dans la rue qui longe le lieu. Des parkings sont situés plus loin.

 

 

  • Atelier : 4€ (2€ pour les adhérents du cercle occitan Max Roqueta)
  • Bal : 6€ (4€ pour les adhérents du cercle occitan Max Roqueta)
  • Atelier + Bal : 8€ (6€ pour les adhérents du cercle occitan Max Roqueta)

IMG_20160409_214714562

IMG_20160409_224134037

IMG_20160409_205901670

IMG_20160409_213324210

 

Dimècres 30 de març – Argelièrs d’Erau –

 A la glèisa vièlha / dans la vieille église.

Cafè occitan de mancar pas/ Café occitan à ne pas manquer

P1010170[1]7 oras dau vèspre: Berretada a l’amic Janne Forssell, en occitan Joanòt Rieupeirós, lo mai Occitan dels Suedeses (tanben lo mai Suedés dels Occitans) que ven de daissar au ceucle sos dreches d’autor de 2015. 


« Una cultura per ajudar una autra cultura » « Une culture pour aider une autre culture »

« En kultur för att hjälpa en annan kultur »

(Janne Forssell, född Jan Larsson Palmgren 29 juni 1943 i Karlstad, son till Lars Hjalmar Palmgren, är främst känd som radiopratare, särskilt med programserien Hemma hos under 1970-talet tillsammans med Kjell Alinge.

Han har även medverkat i mindre roller som skådespelare i några svenska filmer. Under 1990-talet gjorde han ett antal uppskattade resereportage i Sveriges television under namnet Jorden Runt – « Reel World » på engelska, tillsammans med filmaren Lasse Westman).

De pas fonhar per un còp que quicòm de bon nos tomba dau Nòrd…

A ne pas bouder pour une fois que quelque chose de bon nous vient du Nord…

19h00: Coup de béret à l’ami Janne Forssell, en occitan Joanòt Rieupeirós, qui vient de donner au cercle ses droits d’auteur de 2015.

PUIS / PUÒI

Alan Roussèl fai son cafè occitan sus los manhans.

Café occitan avec Alain Roussel et les vers à soie.

Mèfi, emai siague de mòda, se tracha pas de tugar lo vèrme en lo manjant mas de s’assabentar sus la sericultura en Cevena e al nòstre.

Los manhans – Les vers à soie

Depuis le printemps 2011, les Causses et les Cévennes appartiennent au partimoine mondial de l’humanité.

Durant des siècles, l’éducation des vers à soie a été un des piliers de l’économie cévenole. Los manhans est un ouvrage vivant qui nous fait découvrir de façon simple et ludique le cycle du ver à soie de la graine au cocon. Il traite également de tout le travail qui conduit à la fabrication de la soie.

Pour la compréhension du plus grand nombre, Alain ROUSSEL, professeur de SVT, né en 1947 dans les basses Cévennes à pin maritime a écrit ce livre dans les deux langues : français et occitan. Le texte est suivi d’un lexique qui rassemble en lenga nòstra la majorité des mots qui concernent cette épopée de la soie.

 

2011, Illustrations en couleurs et en noir et blanc. 80 pages. Préface de Pierre MAZODIER. 13 €

 Manhan d’ont ven aquel mot? Del vèrb « manhar » vièlh occitan que vòl dire « manjar ». 

« A la debuta los uòus dels manhans, apelats la « grana » espelissián dins lo bombet de la mameta. Un còp l’espelida acabada los manhans pensavan pas pus qu’a trissar. Manjavan las fuèlhas de l’amorièr, un aubre tot caboçut. Caliá de fuèlhas ni banhadas, nimai passadas.

Entre l’espelida e la nimfa, los manhans trissavan 40000 fes son pes, de còps fasián tant talament de bruch que semblava una ramada, se disiá « los manhans fan plòure »

Puèi, èra la montada, cercavan lèu-lèu un endrech entre tres o quatre bridolets e blasavan la primièira bavèla. Un còp fixats, teissián sens aturar un fiu continú que mesurava mai de mila mètres…

Uèit jorns aprèp la montada los òmes descoconavan. Alara la seda èra tirada. Per trapar lo bot de cada fiu las fialaras picavan los fosèls dins un topin emplenat d’aiga caudeta amb una escobeta.

Puèi las flòtas èran crompadas per los edièrs per lo molinatge, lo descrusatge, lo teissatge e lo tenchuratge per qu’enfin los vestits posquèsson èsser venduts.

 a Argelièrs d’Erau, 19H, dins la glèisa vièlha còsta la comuna, 

à Argelliers (34) dans la vieille église, à côté de la mairie...

Per trapar la sala / Pour trouver la salle :

Per trapar la glèisa vièlha: es aquela qu’a lo cloquièr roman, a l’occitana. S’apargar a l’amorièr grand o endacòm mai, dintrar dins lo vilatge vièlh, seguir la carrièròta de l’ase dau paure Sidòbre, daissar de costat la Casa di Dante, pas luònh dau Sant de paret, e i tombatz dessús, còsta la comuna.

Pour trouver la vieille église : c’est celle qui a le clocher roman, à l’occitane.Se garer au grand mûrier ou ailleurs, rentrer dans le vieux village, suivre la ruelle de l’âne de Campan, laisser de côté la Casa di Dante, et vous la trouverez à côté de la mairie.

Per parlar occitan, se rescontrar, faire riqueta e s’assabentar los cafès occitans

Café occitan? pour parler, se rencontrer, partager un repas, s’instruire…

Mòde d’emplèc / Mode d’emploi

Per quals? Pour qui?

Tot lo mond, sòcis o pas de l’associacion, locutors o pas de la lenga d’òc, dau nenon pas tròp plorinejaire, al papeta rance pas tròp repapiare, e mai eles! Basta d’aver enveja d’ausir e de parlar l’occitan, (per aqueles qu’o pòdon), lenga en libertat, occitan de carrièira o patés de facultat. 

Pour tous, membres ou non de l’association, locuteurs ou pas de la langue d’oc, du bébé pas trop pleurnichard à l’arrière grand-père pas trop radoteur, et même eux! Il suffit d’avoir envie d’entendre et de parler occitan (pour ceux qui le peuvent), langue en liberté, occitan de rue ou patois de faculté. 

Coma? Comment?

Segon la formula consacrada « Venètz e portatz » Qual de beure, qual de manjar, de sucrat o de salat, de pebrat per racontar… Metem tot amassa e partejam.

Selon la formule consacrée « Venez et portez ». Qui à boire, qui à manger, du sucré ou du salé… L’on met tout ensemble et l’on partage.

A l’entorn de? Autour de?

 Lo tèma es aquí per faire montar l’alhòli e nos assabentar, en segonda partida de serada, un convidat de tria presenta son trabalh, e una discutida s’enseguís. Per s’acabar en galejadas e cançons.

Le thème est là pour faire prendre la mayonnaise et nous instruire, en seconde partie de soirée, un invité présente son travail et une discussion s’ensuit. Pour se finir en galéjades et chansons.

Mercés d’o faire assaupre al vòstre entorn, de faire virar, que tant que vira fai de torns!

 Merci de faire suivre et de le dire autour de vous

A gràtis

Dimècres 30 de març Argelièrs d’Erau

 A la glèisa vièlha / dans la vieille église.

Cafè occitan de mancar pas/ Café occitan à ne pas manquer

P1010170[1]7 oras dau vèspre: Berretada a l’amic Janne Forssell, en occitan Joanòt Rieupeirós, lo mai Occitan dels Suedeses (tanben lo mai Suedés dels Occitans) que ven de daissar au ceucle sos dreches d’autor de 2015. 


« Una cultura per ajudar una autra cultura » « Une culture pour aider une autre culture »

« En kultur för att hjälpa en annan kultur »

(Janne Forssell, född Jan Larsson Palmgren 29 juni 1943 i Karlstad, son till Lars Hjalmar Palmgren, är främst känd som radiopratare, särskilt med programserien Hemma hos under 1970-talet tillsammans med Kjell Alinge.

Han har även medverkat i mindre roller som skådespelare i några svenska filmer. Under 1990-talet gjorde han ett antal uppskattade resereportage i Sveriges television under namnet Jorden Runt – « Reel World » på engelska, tillsammans med filmaren Lasse Westman).

De pas fonhar per un còp que quicòm de bon nos tomba dau Nòrd…

A ne pas bouder pour une fois que quelque chose de bon nous vient du Nord…

19h00: Coup de béret à l’ami Janne Forssell, en occitan Joanòt Rieupeirós, qui vient de donner au cercle ses droits d’auteur de 2015.

PUIS / PUÒI

Alan Roussèl fai son cafè occitan sus los manhans.

Café occitan avec Alain Roussel et les vers à soie.

Mèfi, emai siague de mòda, se tracha pas de tugar lo vèrme en lo manjant mas de s’assabentar sus la sericultura en Cevena e al nòstre.

Los manhans – Les vers à soie

Depuis le printemps 2011, les Causses et les Cévennes appartiennent au partimoine mondial de l’humanité.

Durant des siècles, l’éducation des vers à soie a été un des piliers de l’économie cévenole. Los manhans est un ouvrage vivant qui nous fait découvrir de façon simple et ludique le cycle du ver à soie de la graine au cocon. Il traite également de tout le travail qui conduit à la fabrication de la soie.

Pour la compréhension du plus grand nombre, Alain ROUSSEL, professeur de SVT, né en 1947 dans les basses Cévennes à pin maritime a écrit ce livre dans les deux langues : français et occitan. Le texte est suivi d’un lexique qui rassemble en lenga nòstra la majorité des mots qui concernent cette épopée de la soie.

 

2011, Illustrations en couleurs et en noir et blanc. 80 pages. Préface de Pierre MAZODIER. 13 €

 Manhan d’ont ven aquel mot? Del vèrb « manhar » vièlh occitan que vòl dire « manjar ». 

« A la debuta los uòus dels manhans, apelats la « grana » espelissián dins lo bombet de la mameta. Un còp l’espelida acabada los manhans pensavan pas pus qu’a trissar. Manjavan las fuèlhas de l’amorièr, un aubre tot caboçut. Caliá de fuèlhas ni banhadas, nimai passadas.

Entre l’espelida e la nimfa, los manhans trissavan 40000 fes son pes, de còps fasián tant talament de bruch que semblava una ramada, se disiá « los manhans fan plòure »

Puèi, èra la montada, cercavan lèu-lèu un endrech entre tres o quatre bridolets e blasavan la primièira bavèla. Un còp fixats, teissián sens aturar un fiu continú que mesurava mai de mila mètres…

Uèit jorns aprèp la montada los òmes descoconavan. Alara la seda èra tirada. Per trapar lo bot de cada fiu las fialaras picavan los fosèls dins un topin emplenat d’aiga caudeta amb una escobeta.

Puèi las flòtas èran crompadas per los edièrs per lo molinatge, lo descrusatge, lo teissatge e lo tenchuratge per qu’enfin los vestits posquèsson èsser venduts.

 a Argelièrs d’Erau, 19H, dins la glèisa vièlha còsta la comuna, 

à Argelliers (34) dans la vieille église, à côté de la mairie...

Per trapar la sala / Pour trouver la salle :

Per trapar la glèisa vièlha: es aquela qu’a lo cloquièr roman, a l’occitana. S’apargar a l’amorièr grand o endacòm mai, dintrar dins lo vilatge vièlh, seguir la carrièròta de l’ase dau paure Sidòbre, daissar de costat la Casa di Dante, pas luònh dau Sant de paret, e i tombatz dessús, còsta la comuna.

Pour trouver la vieille église : c’est celle qui a le clocher roman, à l’occitane.Se garer au grand mûrier ou ailleurs, rentrer dans le vieux village, suivre la ruelle de l’âne de Campan, laisser de côté la Casa di Dante, et vous la trouverez à côté de la mairie.

 

Per parlar occitan, se rescontrar, faire riqueta e s’assabentar los cafès occitans

Café occitan? pour parler, se rencontrer, partager un repas, s’instruire…

Mòde d’emplèc / Mode d’emploi

 

Per quals? Pour qui?

Tot lo mond, sòcis o pas de l’associacion, locutors o pas de la lenga d’òc, dau nenon pas tròp plorinejaire, al papeta rance pas tròp repapiare, e mai eles! Basta d’aver enveja d’ausir e de parlar l’occitan, (per aqueles qu’o pòdon), lenga en libertat, occitan de carrièira o patés de facultat. 

Pour tous, membres ou non de l’association, locuteurs ou pas de la langue d’oc, du bébé pas trop pleurnichard à l’arrière grand-père pas trop radoteur, et même eux! Il suffit d’avoir envie d’entendre et de parler occitan (pour ceux qui le peuvent), langue en liberté, occitan de rue ou patois de faculté. 

 

Coma? Comment?

Segon la formula consacrada « Venètz e portatz » Qual de beure, qual de manjar, de sucrat o de salat, de pebrat per racontar… Metem tot amassa e partejam.

Selon la formule consacrée « Venez et portez ». Qui à boire, qui à manger, du sucré ou du salé… L’on met tout ensemble et l’on partage.

 

A l’entorn de? Autour de?

 Lo tèma es aquí per faire montar l’alhòli e nos assabentar, en segonda partida de serada, un convidat de tria presenta son trabalh, e una discutida s’enseguís. Per s’acabar en galejadas e cançons.

Le thème est là pour faire prendre la mayonnaise et nous instruire, en seconde partie de soirée, un invité présente son travail et une discussion s’ensuit. Pour se finir en galéjades et chansons.

 

Mercés d’o faire assaupre al vòstre entorn, de faire virar, que tant que vira fai de torns!

 Merci de faire suivre et de le dire autour de vous

A gràtis

Festa Noz

Fest-noz
 

21h10 samedi 12 mars

Fèsta-Noz (bal occitano-breton) avec le duo Ker’o Zen (chants bretons à danser) et Biscam pas (duo)

à l’espace culturel de Puéchabon (entre l’église et le bar « le Troquet »).

Entrée 6€ (4€ pour les adhérents).

Atelier de diato à 14h30 et atelier de danse à 18h.

Repas partagé à 20h.

Charradissa

Bonjorn !

Cafè occitan descabestrat a venir (Le 27 janvier à 19h, lieu non encore précisé mais on pense à la Calandrette de Gignac, qui sera confirmé).

E podètz ja marcar dins lo calendièr novèl amb los catonets que lo portaire vos escambièt contra las estrenas, aquel d’Aubada amb las catonetas, lo dels Deus de l’estadi que fan la mesclada nus e crus coma Papeta Adam un còp engolida la poma, poma-poma-poma !!! Podètz tanben faire sonar lo « Se canta » al telefonet que vos prevenga en temps e en ora, lo dimècres 27 de genièr, 19h, qu’avèm, mercé l’entremesa de las majoretas de l’IEO, acceptada la proposicion decenta o indecenta? -amb l’autor dau Quand l’argòt parla occitan, vai te’n saupre?- dau Florian Vernet.

Lo luòc amb mai de precisions vos serà comunicat un pauc mai tard. 

que dalle

Lo luòc amb mai de precisions vos serà comunicat un pauc mai tard. 

PROPOSIcION DE CHARRADISSAS DE FLORIAN VERNET

Florian VERNET prepausa una charradissa sus los rapòrts qu’an entretenguts dins lor istòria, e qu’entretenon encara a l’ora d’ara, las doas lengas, l’occitana e la francesa.

L’a titolada

Français et occitan : quand le débiteur principal n’est pas toujours celui que qu’on croit

les apports considérables et méconnus de l’occitan à la langue française

Florian Vernet que foguèt director del sector occitan de l’universitat Pau Valeri de Montpelhièr, es afogat dels mots qu’aima de tracar dins lors passejadas dins lo temps e a travèrs las lengas. Es amai escrivan de tria ; sos romans venon d’èstre re-editats per las edicions de l’IEO. Se pòt comptar sus son saber e son umor per faire un polit viatge a percaçar los mots. Se farà en mesclant lo francés a l’occitan per la bona compreneson de totes.

Philippe Carcasses